Santé

Une grippe meurtrière touche la France

La publication de l’Agence France Presse AFP du 11 mars 2019 indique une récente pandémie de grippe atteignant le territoire français en début de cette année. À cet effet, l’OMS a mis en place une stratégie mondiale pour défendre la population de la grippe au cours de la prochaine décennie. En France, le jeudi 7 février, le Ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclaré que l’épidémie atteint le sommet dans le pays et a déjà fait 1000 morts. Les détails de cette propagation sont donnés dans cet article.

Préparation et vigilance avant l’hiver

Pour lutter contre ce fléau de grippe, il faut se préparer. Comme la détermination à l’avance de souches de la grippe n’est pas possible, on doit alors considérer la conception des vaccins par les laboratoires pharmaceutiques. En raison de nombreux paramètres changeants, les vaccins peuvent être moins efficaces d’année en année. De ce fait, les réflexes habituels comme se laver les mains ou éviter de cracher partout sont préconisés par le Ministre de la Santé pour éviter la propagation du virus.

Les personnes les plus vulnérables sont les personnes fragiles comme les enfants et les personnes âgées. L’âge moyen des personnes touché cette année s’estime à 60 ans, soit les séniors dans la majorité. L’OMS souligne l’importance de la préparation et la vigilance en déclarant que le coût d’une épidémie majeure de grippe dépasse largement le prix de la prévention. Chaque pays doit renforcer ses programmes de santé de base et développer des programmes particuliers pour lutter contre la grippe. Aussi, la vaccination annuelle reste encore le moyen le plus efficace pour lutter contre la propagation du virus surtout pour les personnes les plus vulnérables et les personnels de la santé. Notons que le vaccin offre une protection limitée et doit être renouvelé chaque année.

Les origines de la manifestation de l’épidémie

Étant donné l’augmentation exponentielle des cas recensés par l’Institut de veille sanitaire ou InVS en fin du mois de janvier, le pic de l’épidémie fut largement dépassé le 20 février. Le virus est plus virulent cet hiver par rapport à l’année dernière. En effet, cette année, le nombre de personnes atteintes dépasse de loin les statistiques des années précédentes. Selon l’InVS, on constaterait même un doublement de ce chiffre par rapport à l’an dernier.

La prévention qui consiste à injecter le vaccin sur les personnes à risques avant la période hivernale a connu des failles incommensurables. Mais pourquoi donc ? Cette année, l’échéance du vaccin est surtout liée à l’évolution des caractéristiques du virus au fil des mois. Le vaccin se passe généralement pendant le printemps et l’été et le virus ne se manifeste qu’en hivers. Au cours de cette période, il aura largement le temps de s’évoluer. À cet effet, les antigènes du virus de cette année et l’année précédente ont donc une forte probabilité de ne pas se ressembler au gramme près, une constatation qui a échappé les immunologues analysant l’apparition de la grippe hivernale en France.

Selon la première estimation de SpFrance, l’efficacité de la vaccination en médecine de ville est de 59 % contre le virus A (H1N1) et 19 % contre le virus A (H3N2). Ces résultats se transforment en un réseau sentinelles mettant en jeu l’efficacité du vaccin antigrippe qui conduira par la suite à une consultation généralisée auprès d’un médecin généraliste. Notons que cette année les personnes les plus touchées par l’épidémie de grippe sont surtout les personnes habituées aux traitements préventifs des vaccins.

Quelques constatations concernant l’épidémie de grippe

L’épidémie de grippe s’intensifie en France métropolitaine, une proportion démesurée dans les Antilles par rapport au Mayotte. Environ 1100 décès sont enregistrés dans l’hebdomadaire de l’agence sanitaire Santé publique France jusqu’au 20 janvier. On constate une augmentation permanente des indicateurs de l’activité grippale, notamment la consultation chez des médecins généralistes, l’hospitalisation et les passages aux urgences. L’épidémie est généralisée sur tout le territoire français avec plus 1823 patients qui se sont présentés aux urgences pour faire l’objet d’une hospitalisation urgente selon le réseau Oscour. 43 % des hospitalisés sont des personnes âgées de plus de 75 ans et 15 % sont des enfants de moins de 5 ans. À cet effet, SpFrance agence sanitaire souligne que la proportion des patients atteints de grippe ou syndrome grippal dans les hôpitaux atteint les 30/1000 par rapport à 18/1000 il y a de cela quelques semaines, un pourcentage qui a presque doublé d’effectif.

630 cas graves admis en réanimation sont enregistrés depuis le mois de novembre dont 48 décédés qui sont tous des adultes. 33 parmi ces 48 sont des personnes âgées de 65 ans et plus. Le réseau de surveillance Sentinelles constate qu’en ville le taux de consultation pour syndrome grippal est de 536 sur 100 000 habitants. 160 foyers d’infections respiratoires aiguës s’octroient à la grippe auprès de 10 000 établissements sanitaires pour les personnes âgées, notamment les unités de soins intenses à l’hôpital, les Ehpad et les maisons de retraite.

L’agence sanitaire « Santé publique France » insiste sur l’importance des gestes d’hygiènes et des produits antiviraux pour lutter contre la propagation des virus de la grippe en période hivernale. Ces mesures sécuritaires sont surtout destinées aux enfants et aux personnes âgées vulnérables à la grippe.

Bouton retour en haut de la page